LEADERSHIP – EST-CE QUE CE SIMPLE?

LEADERSHIP  – EST-CE QUE CE SIMPLE?

Article écrit par Agata Wiatrowska, Horsesense.pl

Depuis plusieurs années, j’observe les chevaux-entraîneurs nous enseigner le leadership. Je les vois coopérer, exiger et rechercher le contact avec l’homme dans les expériences de Horse Assisted Education et dans des situations de tous les jours. Le fait qu’il existe un lien entre le développement de traits de leadership chez l’homme et son contact avec les chevaux est connu de nos ancêtres. Grâce aux recherches scientifiques actuelles, nous pouvons transformer de plus en plus la tradition et l’intuition en soi-disant « connaissances solides ». L’une des études les plus récentes nous apprend que les chevaux prennent des décisions sur la base d’un consensus.

 

  • Dans cet article, vous découvrirez, comment les chevaux prennent des décisions et ce qui en résulte pour nous, pour nos relations avec eux.

 

Les concepts : « qui est le leader dans un troupeau de chevaux », « existe-t-il un seul leader » et « quels sont les rôles dans le troupeau » sont depuis des siècles dans la sphère des intérêts de l’homme. Certains des concepts de leadership et de hiérarchie dans le troupeau ont influencé pendant longtemps les méthodes de travail avec les chevaux et la façon de penser à ces animaux en Europe et dans la plupart des pays du monde. Bon nombre de nouvelles recherches remettent en question des supputations successives de ces concepts. Vous avez certainement vos propres observations et hypothèses concernant le troupeau que vous connaissez. Je vous invite à réfléchir à ce sujet et à porter un regard neuf sur les chevaux.

Le leadership est-il un concept fiable chez les animaux?

 

L’étude publiée en 2015 sous le titre: „Is Leadership a Reliable Concept in Animals? An Empirical Study in the Horse” / « Le leadership est-il un concept fiable chez les animaux? Une étude empirique du cheval »» a été réalisée par Bourjade M., Thierry B., Hausberger M., et Petit O. Elle consistait en observation de deux familles de chevaux de Przewalski, composées de 6-12 animaux, vivant en liberté en France.

Le leadership, tant envers les animaux qu’envers les humains, est souvent défini comme la capacité d’un individu d’influencer les autres, de coordonner leurs comportements (ici, par exemple, de mener le troupeau) ou de prendre des décisions pour les autres. Ces définitions étaient généralement associées à la possibilité d’indiquer une personne / un individu comme leader (parmi les chevaux, par exemple, une vieille jument).

Sur la base de ces concepts, au cours de l’étude, on observait le leadership s’exprimant dans l’initiation de déplacement ou dans l’action de mener le troupeau. Par ailleurs, le processus de prise de décision a également été pris en compte. Il comprenait, par exemple, les comportements précédant le départ.

Quels étaient les résultats de ces études?

 

  • Chaque membre du troupeau a commencé au moins une fois à bouger en premier (du plus jeune au plus vieux).

 

  • Le temps d’adhésion au cheval qui initiait le mouvement était similaire quels que soient son âge, son sexe et sa position dans le troupeau etc.

 

  • L’individu qui se tenait à l’avant le plus souvent c’était une vieille jument dans les deux troupeaux / familles), mais quelques autres chevaux ont parfois montré aussi un tel comportement.

 

  • Le processus décisionnel, y compris les comportements précédant le départ, a été observé pendant 20 minutes avant le déplacement chez trois chevaux environ. Il n’y avait aucune dépendance de sexe ou de position dans le troupeau et, ce n’étaient pas toujours les mêmes chevaux. Cependant, c’étaient plus souvent des individus adultes que sub-adultes ou poulains.
  • Au moment du départ, plusieurs chevaux se déplaçaient simultanément, ne montrant aucune hésitation. Les chercheurs suggèrent que cela indique la prise de décision peu de temps avant le départ et manque de conflit au moment du départ.

 

  • On n’a pas constaté de relation entre les comportements indiquant le besoin de départ et de participation au processus décisionnel et l’action ultérieure de mener le troupeau se manifestant par la prise de position à la tête du groupe.

 

  • Il n’a pas été possible de constater qu’un seul cheval jouait le rôle de leader quelle que soit la définition utilisée pour caractériser le leadership. Bien que deux vieilles juments se trouvaient à l’avant plus souvent lorsque le troupeau se déplaçait, elles ne prenaient pas du tout la décision d’aller en avant.

 

Dans l’étude en question, il a été constaté que les chevaux prenaient une décision par consensus, en l’accordant entre plusieurs chevaux (on peut parler d’un certain quorum, pas de tous les membres du groupe).

 

Cela prouve que la perception habituelle du leadership chez les chevaux comme étant associé à un seul individu ne doit pas être la plus précise. En outre, il a été constaté que, d’un point de vue évolutif, les décisions partagées aboutissent à des résultats plus pertinents que ceux pris par un seul individu. On a aussi remarqué que l’on peut parler ici du leadership dispersé sur plusieurs individus qui ont entrepris des tâches liées à la coordination du groupe dans son ensemble.

Qu’est-ce que cela peut signifier pour nous?

 

Il y a déjà de nombreuses années, j’ai remarqué qu’on ne peut pas tirer des conclusions / faire des évaluations aussi faciles du genre : « si le cheval se laisse mener, c’est qu’il accepte mon leadership ». Lorsqu’on prend en compte les résultats de l’étude ci-dessus, on peut parler d’une réaction probable entre les chevaux et les humains (tant dans un espace tel que Horse Assisted Education que dans le contact quotidien avec des chevaux, sous diverses formes) à savoir :

 

  • Les chevaux s’attendent à ce que l’on puisse les entendre (notre vigilance à leurs moindres signaux, recherche d’un moyen de recevoir la communication du cheval), cela leur donnera la garantie d’être considérés dans la prise de décision. Grâce à ce besoin, nous obtiendrons de l’information et de la formation en matière de vigilance, de communication et d’empathie.

 

Au cours des programmes de croissance personnelle assistée par le cheval, il est important de préparer les chevaux-entraîneurs, en établissant une bonne relation, car le cheval qui est entendu par l’homme, s’attend à être entendu par tous les humains. Et le cheval qui, dans ses nuances de communication, n’est pas pris en compte – se referme sur lui-même.

 

Les chevaux vont réagir à la moindre réaction de l’homme (pour pouvoir considérer son opinion). En travaillant avec les chevaux, nous devrons être extrêmement conscients de nos pensées, de nos vrais intentions et besoins et de notre corps. Le travail avec le cheval commence par un travail sur soi-même. Cela vaut donc la peine d’apprendre à connaître ses propres automatismes et cadres mentaux et d’augmenter la cohérence de ce que nous voulons faire avec ce que nous faisons.

 

Au cours des programmes de développement personnel assisté par le cheval, ce trait singulier des chevaux nous permettra de recevoir des informations sur la cohérence de nos intentions et besoins avec nos activités et sur la pertinence des actions entreprises.

 

La relation sera variable et flexible, et les compétences acquises seront facilement transférées à d’autres êtres, donc aussi aux humains. La transition vers ce niveau de nuances dans les relations exige cependant l’abandon de penser à soi-même en tant que leader du cheval. Elle exige plutôt de commencer à se considérer comme quelqu’un qui est en contact, qui entend et qui est entendu.

Agata Wiatrowska

 



Dodaj komentarz

Twój adres email nie zostanie opublikowany. Pola, których wypełnienie jest wymagane, są oznaczone symbolem *